Happy People // Rencontre avec Hylla Penderie Partagée

Hello  les cocos !

J’espère que vous avez apprécié mon petit concours surprise ! Vous aurez les résultats demain. En attendant, virage à 360°C, on va parler de tout autre chose aujourd’hui. On va parler location de fringues et penderies à partager.

happy-people-hylla-penderie-interview-recyclerie-myhappywardrobe-6

J’ai rencontré Hylla Penderie pendant les différents rendez-vous ‘mode responsable’. Hylla Penderie, ce sont deux nénettes toutes jeunes mais pas moins dynamiques, Céline et Amandine, qui ont monté un système de location de vêtements, mais ce qui change, c’est qu’elles proposent de vous louer des vêtements de seconde-main, et encore mieux, de faire louer vos propres vêtements.

Donc ce qui est cool, dans leur concept, c’est que c’est hyper accessible, qu’il y a des vêtements vachement sympa qui nous font oublier la location où on-porte-une-robe-de-luxe-mais-on-est-assis-a-cote-de-tonton-hubert-qui-a-la-tremblote-et-qui-adore-le-vin-rouge, et puis c’est plus convivial, puisqu’on peut venir les rencontrer, se faire conseiller, boire un thé !

Hylla Penderie, ça fonctionne comment ? On peut s’abonner ou emprunter à la pièce, l’emprunt fonctionne pour un mois, ce qui a le mérite de vraiment te laisser le temps de porter le vêtement choisi. On peut proposer un vêtement à la location, tu sais, cette jolie jupe achetée pour tel fête, que tu ne portes jamais, mais dont tu n’as pas envie de te séparer définitivement…

happy-people-hylla-penderie-interview-recyclerie-myhappywardrobe-4

En attendant d’ouvrir leur première boutique, vous pouvez aller louer, faire louer, ou papoter avec les filles samedi 28 mai, à la Recyclerie (porte de Clignancourt), de 12h à 20h… et maintenant, je leur laisse la parole.

 

Racontez-moi en quelques mots votre parcours.

*Céline : Avant d’obtenir le statut d’étudiante-entrepeneure en juillet dernier, j’ai fait une licence franco-allemande en gestion à l’Université de Nanterre. Depuis la classe de seconde, j’ai suivi un parcours franco-allemand, d’abord en intégrant une classe AbiBac au lycée, puis en intégrant cette bi-licence. J’ai fait la moitié de mes études supérieures à Nanterre, l’autre moitié à Mayence, à côté de Francfort. C’est d’ailleurs le fait d’avoir toujours été étroitement liée à l’Allemagne, aux Allemands, à leur culture, leur manière de vivre et leur ouverture d’esprit, qui m’a entraînée indirectement dans cette aventure entrepreneuriale aujourd’hui.

°Amandine : J’ai eu un parcours scolaire très commercial et business. Je suis diplômée d’un DUT Techniques de commercialisation de l’IUT Paris Descartes qui m’a enrichi en expériences professionnelles et en relationnel. Après un stage de deux mois auprès d’une entrepreneure de La Ruche, j’ai été en contact avec l’entrepreneuriat social et le développement durable (notamment dans la mode) et j’ai décidé de m’orienter en ce sens. J’ai poursuivi sur une licence professionnelle en Management du DD que j’ai eu la chance de faire en Allemagne.

happy-people-hylla-penderie-interview-recyclerie-myhappywardrobe-5
Je sais que vous vous êtes rencontrées d’une drôle de façon, vous m’en dites plus ?

°A : Lors de mon année de licence en Allemagne, j’ai effectué un stage de 4 mois à Hambourg. Stagiaire dans une boîte d’e-tourisme, j’écrivais un blog sur le développement durable en Allemagne, dans le cadre de mes cours, et auquel j’ai pris goût. J’ai découvert le concept de location de vêtements à travers un reportage Arte sur le troc et le partage où ils présentaient le concept Kleiderei (location de vêtements à Hambourg). J’ai trouvé ça génial pour un article sur le développement durable en Allemagne ! Pour partager mon article et faire découvrir le concept sur les réseaux, je l’ai publié sur LinkedIn. Peu de temps après, Céline m’a contacté en MP (sur LinkedIn), après avoir lu mon article, enthousiaste de pouvoir rencontrer quelqu’un qui s’intéresse à ce sujet. Nous étions par hasard en connexion LinkedIn car nous travaillions dans la même entreprise d’e-tourisme mais pas au même service. Nous nous étions même jamais croisées avant dans l’entreprise !

*C : Je dirais que notre rencontre est l’illustration même de l’expression « le hasard fait bien les choses! » ; car c’est vraiment par hasard, un jour, en juin 2015, que je suis tombée sur l’article de blog d’Amandine sur LinkedIn. Et quand j’ai vu qu’elle y parlait du concept allemand Kleiderei et qu’elle avait l’air de trouver ça chouette, j’ai sauté au plafond en me disant : « Hallelujah! Voilà enfin quelqu’un (une jeune française en plus) qui s’intéresse aux mêmes choses que moi! ». Et comme à cette époque, j’écrivais mon mémoire de licence sur la location de vêtements, j’ai contacté miss Amandine pour qu’on prenne un petit café et qu’on discute de Kleiderei, de ce qu’elle en pensait etc. J’en ai profité pour l’interviewer et intégrer son témoignage à mon mémoire. Et puis quand on a discuté toutes les deux de ce super concept de location de vêtements et que j’ai vu à quel point, elle aussi, elle était enthousiaste, je lui ai parlé du projet que j’avais de transposer ce concept au contexte français, dès mon retour sur Paris. Et je n’ai pas eu besoin de lui avancer quinze mille arguments pour la convaincre de se joindre à moi dans cette aventure (un peu fofolle 😉 ) : dès le début, elle était emballée !

happy-people-hylla-penderie-interview-recyclerie-myhappywardrobe-2
Quel a été le déclic qui vous a fait vous lancer dans l’aventure Hylla Penderie ?

°A : Mon déclic fût ma rencontre avec Céline. Je trouvais le concept génial mais je n’avais jamais eu idée à me lancer dans l’entrepreneuriat. On a discuté, elle m’a expliqué ses idées, son parcours, ses besoins, le statut étudiant-entrepreneur auquel elle a postulé et je me suis dit allez c’est parti ! Notre rencontre n’était pas un hasard et je ne me voyais pas continuer vers une année universitaire encore « business-business ».

*C : Pareil, le déclic qui m’a fait me lancer concrètement dans ce projet entrepreneurial, c’est ma rencontre avec Amandine l’été dernier. Avant cette rencontre, j’avais déjà l’idée de ce projet, mais je ne voulais pas me lancer seule. Si je n’avais pas rencontré Amandine cet été, je ne pense pas que je me serais lancée et que j’en serais arrivée où j’en suis aujourd’hui. Comme on dit « seul on va vite [et encore…], mais à plusieurs on va plus LOIN. » 😉

happy-people-hylla-penderie-interview-recyclerie-myhappywardrobe
Comment imaginez-vous écrire la suite de l’histoire d’Hylla Penderie ?

*C : Je vois Hylla Penderie Partagée comme un mouvement profond. J’espère qu’avec les mois et les années, la communauté des Hyllarantes ne fera que grandir et  se renforcer. Avec la première Penderie Partagée que nous souhaitons ouvrir dans les prochains mois, puis avec les suivantes (croisons les doigts!), nous voulons créer de véritables lieux d’échange et de partage où la communauté pourra se retrouver, papoter et passer du bon temps (tout en louant des super fringues!). Contrairement à d’autres projets qui voient le jour un peu partout dans le domaine de la location de vêtements, on ne souhaite pas uniquement développer un concept relié à un site internet, mais bien quelque chose de physique et de concret. Notre projet répond aussi à un besoin de lien humain. En tout cas c’est comme ça que je le vois. On espère aussi pouvoir élargir notre concept à la mode masculine dans les prochaines années ! Bah oui, why not ??

°A : Ce que j’imagine pour Hylla est l’implantation de boutiques dans plusieurs quartiers et/ou villes de France, mais aussi la durabilité d’un mouvement pour consommer la mode autrement !

happy-people-hylla-penderie-interview-recyclerie-myhappywardrobe-3
Ouh, je suis sûre que vous avez de bons conseils d’entrepreneuses à nous glisser à l’oreille…

*C : Mon principal conseil : lancez-vous ! L’entrepreneuriat est une très belle aventure. Elle m’a permis de faire de superbes rencontres, mais aussi de me retrouver moi-même : retrouver mes valeurs, mon caractère et ma personnalité, et d’essayer via l’entrepreneuriat de répondre au mieux aux préoccupations qui sont les miennes. Lancez-vous, mais surtout, osez sortir du moule. Ayez du culot !

°A : – Oser se lancer même si tout n’est pas parfait et complètement cadré,
– Montrer de l’authenticité et son histoire à sa communauté,
– Tester son idée,
– Ne pas se laisser abattre par des préjugés (trop jeune, pas assez d’expériences, etc) !

happy-people-hylla-penderie-interview-recyclerie-myhappywardrobe-7
C’était quoi votre métier rêvé quand vous étiez des petites billes filles ?

°A : Quand j’étais petite je voulais être dessinatrice !

*C : Quand j’étais petite fille je voulais être maîtresse je crois… Je t’avoue que je sais plus trop… Mais sans remonter si loin dans le temps, si tu m’avais demandée il y a deux ans ce que je voulais faire comme métier, je t’aurais dit interprète.

Votre vêtement vintage fétiche, c’est…

*C : LE chemisier en soie fleuri que tu peux mettre avec un jean, une petite jupe, un short… Bref, avec tout !

°A : Le foulard vintage à motif cachemire de ma maman !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *