Archives du mot-clé beauté naturelle

Hello !

Il y a tout juste un mois, je commençais ce qui me paraissait une bien drôle de routine : le brossage lymphatique. Aujourd’hui, je reviens pour vous en parler pour faire le bilan !

Tous les matins, (ou presque), je me suis brossée tout le corps, dans un sens spécial, d’une certaine façon, et voilà ce que j’en ai pensé.

brossage-lymphatique-lymphe-test-beaute-mars-defi-belle-peau-brosse-bilan-revue-myhappywardrobe

Le brossage lymphatique et ses promesses

Petit rappel des effets observables sur ma période d’essai :

– élimination des toxines (= plus belle peau, meilleure santé générale)

– peau douce

– énergisant

– anti-cellulite et peau d’orange

– aide en cas de problème de circulation

– on est moins sensible aux risques d’infection

 

Ce que j’ai observé et ressenti :

– je n’avais pas trop à me plaindre de ma peau (sauf visage), donc je n’ai pas vu de grande différence visuelle, mais je pèle tout de même moins (l’hiver j’ai toujours un peu la peau sèche sur les jambes et mains)

– ma peau est nettement plus douce, hé ouais, même l’amoureux l’a remarqué.

– c’est genre, mais juste ULTRA énergisant ! Je n’ai jamais essayé le soir, mais les matins où je zappe, je le sens. J’imagine que c’est comme pour ceux qui ont l’habitude de se réveiller avec le café du matin, moi je n’en bois pas, mais là je vais devenir accro au brossage lymphatique juste pour avoir la pêche ! Nan sérieusement, je m’étais pas sentie aussi énergique et vive d’esprit depuis longtemps, même si cette tournure de phrase peu sembler bizarre. 🙂

– quand j’ai vu que ça pouvait aider à la cellulite, je n’ai pas hésité à insister sur les zones où j’en ai = LES FESSES (désolée de vous décevoir mes lecteurs masculins, je ne suis pas parfaite XD). J’ai essayé sans trop y croire, mais en fait, ça a vraiment un peu réduit, honnêtement, ça se voit. Je pense que si j’étais ultra motivée, avec un mélange d’huiles essentielles et un peu de massage manuel, additionné avec le brossage lymphatique, je pourrais en faire partir un grande partie d’ici à l’été, voire peut-être tout.

– l’hiver je n’ai pas trop de problèmes de circulation, donc pas d’observation à ce niveau. Mais je suis sûre que je m’en rendrai compte cet été.

– bon, je ne suis pas tombée malade ce mois-ci, mais de là à dire que c’est grâce au brossage lymphatique… 😉

 

Remarques d’usage

Je préfère le pratiquer le matin, j’y vais direct quand je me lève, et ça me fait du bien. C’est rentré dans ma routine, même si je zappe un jour ou deux par semaine.

On s’habitue vite à passer la brosse sur la peau. Mais les zones les plus sensibles chez moi sont l’intérieur des bras, où ça chauffe beaucoup, et aussi le ventre, je n’aime pas particulièrement passer dessus, mais ça, ça dépend de chacun. Et je ne brosse pas ma poitrine non plus, je suis sûre que vous comprenez pourquoi.

Je poursuis par la douche, et pour éviter d’avoir à me mettre la crème hydratante, j’utilise une huile de douche : ça lave, hydrate, et ça s’étale plus rapidement que la crème. Franchement c’est parfait ce truc, je vous en reparlerai bientôt car mon flacon est presque vide et qu’il va falloir que je trouve une solution…

Pour avoir la peau vraiment douce, et pour compléter l’action de la brosse à sec, environ une à deux fois par semaine, je prolonge sous la douche avec un brossage humide avec une loofah. En fait, j’ai remarqué que le brossage à sec soulève les peaux mortes, mais ne les retire pas toutes, et quand on passe sous la douche, celles-ci restent sur la peau, comme un peu collées avec l’eau et le produit lavant, donc pour s’en débarrasser, c’est bien de se brosser à l’eau aussi de temps en temps. Pas tous les jours, hein, le but c’est pas de perdre sa peau.

Je la lave une fois par semaine, avec un peu d’eau, et je passe ma main sur les poils de la brosse pour la débarrasser de ses saletés.

 

En tout cas, c’est sûr, ça je l’ai adopté. Je ne m’y attendais pas. C’est vrai, ça paraît un peu curieux comme pratique, mais c’est vachement bénéfique en fait. J’espère que ça vous donne envie d’essayer.

Allez, ciao les loulous

Des bisous ♥︎

Coucou,

Et voici qu’avril pointe son nez, ainsi que le nouveau défi beauté (décasyllabe inside).

peach-brush-coringo-beaute-naturelle-revue-myhappywardrobe-2

J’aime bien l’idée en chaque début de mois de commencer de nouveau défis et d’essayer de nouvelles techniques de beauté naturelle. En fait, c’est assez motivant, ça me maintient hors routine, c’est plutôt rigolo. J’espère bien de votre côté que ça vous plaît aussi. 🙂

Alors voilà. Je suis sûre que vous avez déjà entendu parler d’au moins un de ces instruments : Clarisonic, Tosowoong et autres brosses magiques. Eh bien moi aussi. Et j’avoue que ça m’a intrigué pendant un moment. Mais hors de question pour moi de dépenser autant d’argent dans une brosse électrique, même si on lui donne beaucoup de mérite. J’avais lu quelques revues sur la Tosowoong, et ça m’a bien donné envie, mais j’avais la flemme de la commander (on la trouve que sur le net d’après moi).

{ Si vous ne savez pas ce qu’est la Tosowoong, il s’agit d’un brosse manuelle en poils synthétiques, réputée très dense et douce, qui permet de nettoyer la peau. }

peach-brush-coringo-beaute-naturelle-revue-myhappywardrobe-4

Bon, et puis un jour, je suis tombée sur cet article, écrit par Sasha de Les Beautés Testent, à force d’errance sur la toile. Et là je me suis un peu bougée le c**, je me suis enfin décidée. Il me semblait que ça pouvait bien compléter ma séance de layering, d’autant que je n’ai pas une peau facile, même si avec mes changements alimentaires et cosmétiques, elle va mieux.

Et c’est ainsi que je me suis retrouvée avec un brosse rose bonbon dans ma salle de bain. Non pas que je n’aime pas le rose, mais…

peach-brush-coringo-beaute-naturelle-revue-myhappywardrobe

❖ Petite revue sur l’état de ma peau :

– pores assez dilatés

– points noirs

– peau mixte

 

❖ Voici ce que j’espère de la Peach Brush :

– pores moins dilatés

– moins de points noirs

 

Pour tout vous dire, ça fait déjà une dizaine de jours que je l’utilise, mais c’est encore trop récent pour avoir beaucoup de retours sur la chose. Néanmoins, je peux du coup déjà vous détailler son utilisation. 🙂

 

Comment utiliser la Peach Brush  ?

peach-brush-coringo-beaute-naturelle-revue-myhappywardrobe-3

Tout d’abord, l’humidifier. Il est conseillé d’y déposer une noisette de gel moussant, mais c’est pas mon truc. Je suis au savons solides moi, savon d’Alep ou savon d’ânesse, donc je n’allais pas acheter un nouveau produit qui voudrait forcément dire : chimie + emballages.

Et je ne sais pas comment c’est possible, mais la brosse fait mousser le savon à fond, j’ai parfois l’impression que je vais me raser à l’ancienne (vous savez, avec un blaireau et un coupe-chou, ça fait vraiment le même bruit sur la peau, et ne me demandez pas de décrire ce bruit, hein ^^). Donc pas besoin d’un nouveau produit si vous avez déjà ce genre de savon.

Ensuite, il suffit de passer sur la peau avec des mouvements circulaires, doucement, en passant plusieurs fois. Et puis on rince. Rien de plus simple.

Comment la faire sécher ?

peach-brush-coringo-beaute-naturelle-revue-myhappywardrobe-sechage

Je me suis tout de suite posée la question du séchage, étant donné son nombre de poils ahurissant au centimètre carré, il m’a semblé qu’un mauvais séchage pouvait créer des moisissures. Je n’ai pas encore essayé, je ne sais pas si elle risque effectivement de moisir, mais j’ai pris des mesures pour l’éviter.

Une fois que je me suis bien lavé le visage, je la lave elle aussi (si vous avez le visage bien sale, vous verrez de près les poils un peu grisés, donc indispensable de pas laisser ça dessus), simplement avec de l’eau chaude, je la presse entre mes doigts pour retirer l’excédent, puis je la sèche avec ma serviette, et je la laisse tous poils ouverts jusqu’à la prochaine utilisation.

Comment la laver  ?

peach-brush-coringo-beaute-naturelle-revue-myhappywardrobe-lavage

Déjà, après chaque utilisation je vous le disais, passer sous l’eau chaude (pas bouillante, pas brûlante, pas trop chaude quoi) pour retirer vos propres impuretés.

Et une fois par semaine, la laver avec du savon, pas besoin de l’ébouillanter.

Pourquoi elle plus qu’une autre  ?

peach-brush-coringo-beaute-naturelle-revue-myhappywardrobe-5

Eh bien, je ne suis vraiment pas une experte dans ce genre de brosse, étant donné que c’est ma première, mais la revue qu’en a faite Sasha m’a convaincue.

Donc pour vous résumer, elle a plus de poils que la Tosowoong, elle est apparemment encore plus douce, et ses poils sont en soie plutôt qu’en synthétique, ce qui me plaît assez.

Elle est vendue dans une petite boite (rose), avec un crochet-ventouse, et avec une micro-brosse qui ressemble plus à un pinceau (rose elle aussi), et est destiné aux zones encombrées de comédons, genre le nez. J’avoue que je ne l’ai pas encore essayée, mais je vous en parlerai la prochaine fois, promis. { Quand je l’ai reçue, impossible de ne pas directement mettre mon doigt sur les poils, pour les toucher, et je me souviens encore de la sensation assez folle de douceur du truc… }

 

Je mets un peu d’espoir dans cette brosse, j’espère vous en reparler dans un mois avec enthousiasme. Et vous, vous avez déjà essayé ce genre de brosse ? Qu’en pensez-vous ?

Des bisous ♥︎

Coucou !

Au mois de février, je testais le layering, une routine beauté japonaise qui consiste en une suite de soins sensés faire une belle peau, mais j’essayais aussi un mois sans produits laitiers. Alors comme promis, voici ce que j’ai observé pendant ce mois.

rituel-beaute-naturelle-layering-test-defi-bilan-2-myhappywardrobe

Bilan layering

D’une façon générale, pour le moment,  pas d’effet visible réel. Mais en même temps, je n’ai testé qu’un seul mois, et même, à Lisbonne je n’ai pas osé emmené mon Aloe Vera puisque je n’aurais pas pu la conserver au frais. Néanmoins, j’ai trouvé ce rituel très agréable à faire, très peu contraignant.

Je vous vois venir « en même temps,un seul mois c’est pas beaucoup »… C’est pour ça que je pense continuer. Mais sous certaines conditions.

☽Lavage du visage (étape 1-2-3) – soir :

J’adore surtout cette étape, qui me laisse vraiment une peau très rebondie et agréable. Je me suis aussi rendue compte que ma peau était un vrai aspirateur à pollution, et que le lavage que je pratiquais avant n’était clairement pas suffisant. Nan mais comment c’est possible que pour une journée passée de la même façon, ma peau soit plus sale que celle de mon mec ? Enfin bref. Donc je ne négligerais plus ces étapes.

Mais surtout je vais rajouter au moment du nettoyage au savon, le passage d’une brosse, style tosowoong (mais j’en ai trouvé une qui a l’air encore plus douce et plus efficace, je vous en parlerai bientôt), pour bien débarrasser ma peau de toutes ses cradosseries.

Je dois aussi m’acheter plus de cotons lavables, déjà je crois que la machine à laver en a mangé quelques un (aha), mais surtout, l’étape 3 (lotion) me demande d’utiliser beaucoup de cotons que ce que je faisais d’habitude.

☼ Soins du jour (étape 3-4-5-6) – matin :

J’aime bien aussi ce moment là, j’ai l’impression de bien commencer ma journée. Pourtant, dans l’article test, je vous disais que j’allais faire Aloe Vera (5) puis crème hydratante (6). Or, c’est un peu bête (et j’aurais dû y penser), ça hydrate deux fois, alors que la peau a aussi besoin d’être nourrie (= huile). Donc ma peau réagissait mal et brillait encore plus que si je ne mettais rien.

Donc voici ce que j’ai observé sur ma peau :

rituel-beaute-naturelle-layering-test-defi-bilan-0-myhappywardrobe

Bon la décision est vite prise vu comme ça. Mais je ne vais pas pour autant mettre ma crème aux oubliettes, parce que je l’aime bien, mais je vais plutôt l’utiliser seule de temps en temps. Si vous vous lancez dans le layering avec une peau comme la mienne (mixte, pores dilatés et amatrice de points noirs), n’hésitez donc pas à essayer différentes options, et plusieurs fois, car il ne faut pas oublier que la peau réagi différemment selon si l’on passe sa journée dehors ou dedans, et surtout, dans quel dehors (dans la pollution de Paris ? à la montagne ?) ou dedans (espace ventilé avec matériaux sains ? espace confiné et matériaux basiques ?). Eh oui, tout ça rentre en jeu dans les réactions de votre peau les cocottes !

En tout cas, ma peau brillera toujours. « shine bright like a… » ok j’arrête, même si je parie que j’ai déjà réussi à vous la mettre dans la tête. Gnark gnark gnark…

Bilan un mois sans lait

Bon, là ça sera plus rapide.

Autant j’ai tout de suite arrêté le gluten, il y a bientôt quatre ans, quand j’ai senti tous les effets positifs sur moi, autant je savais tout au fond de moi (sûrement dans mes intestins) que le lait ne me faisait pas du bien, mais je ne voulais pas me l’avouer.

Ça a été radical.

Même si je ne pouvais pas ne pas goûter aux pastéis de nata à Belem, pendant mon voyage à Lisbonne, qui contiennent à la fois du lait et du gluten, je vais maintenant me restreindre considérablement.

Seront tolérés : un yaourt, moins d’un par jour, parce que ça contient quand même des bonnes bactéries pour les intestins ; et du fromage s’il n’est pas de vache.

Vous vous demandez peut-être ce que j’ai ressenti en arrêtant le lait, ou plutôt ce que je n’ai plus ressenti : digestion difficile, maux de ventre, intestins qui souffrent (on le sait quand on va aux toilettes. la classe, hein, cet article), et pas eu de bouton de tout le mois.

Je redoutais un peu le bilan de ce mois sans lait, parce que même si je mange de façon plutôt variée, là, je ne peux plus revenir en arrière. Déjà que je ne mange pas de gluten, je fais attention aux sucres, je consomme peu de viande, si en plus je ne peux plus manger de produits laitiers… Pour moi, ça va devenir un peu différent, mais j’ai l’habitude de changer d’habitudes (haha). Le souci, c’est quand je mange avec d’autres, qui oublient/ne savent pas/ne cuisinent pas autrement pour moi/m’invitent au resto italien (pâtes et pizzas, non merci !), et pourtant je ne peux pas leur en vouloir. Il faudra bien que je fasse des écarts dans certaines situations, mais c’est toujours se soumettre aux regards et aux jugements des autres, et c’est aussi faire du mal à ses intestins, donc son corps.

Pourtant, j’adore le fromage, le comté, les raclettes, le fromage râpé mangé à la main, la fondue, les gratins, les pâtes (sans glu) au gruyère, la mozza l’été, le munster, le camembert, le rebloch’, le chaussée aux moines qu’on dégomme en une soirée, etc. Arrêter le gluten, c’était plutôt un défi, c’était marrant, créatif, mais pour le coup, remplacer le fromage dans sa fonction de « chose gustativement très bonne et au pouvoir fondant et coulant », ça sera plus difficile. Bon il me reste le brebis, le chèvre, et les fromages végétaux, mais on ne fait pas une raclette avec du fromage végétal.

Tant pis pour moi, c’est comme ça ! Je dois apprendre à écouter davantage mon corps et ne pas le forcer à ingérer des choses qu’il ne tolère pas. Sans pour autant s’interdire de goûter une lichette de ce comté affiné 24 mois, car manger un aliment qui nous fait plaisir, même s’il ne fait pas du bien au corps, ça fait de temps en temps bien à la tête (les endorphines, vous connaissez ?!).

Voilà pour ce bilan beauté. Depuis quelques jours, je teste le brossage lymphatique, et ça me fait déjà du bien…

A bientôt les cocos,

Des bisous ♥︎