Archives du mot-clé mode responsable

Dans ma penderie : bilan des achats 2015

Coucou les cocos !

En ce début d’année, c’est bien le moment de faire des bilans de l’année qui vient de passer, et comme une genre de suite à cet article, où on parlait de ce qu’on possède comme fringues éthiques ou non, j’avais envie de faire un petit bilan de mes achats de cette année l’année dernière : quelle quantité, quelle qualité, responsable ou non, d’occasion ou neuf…

Z’en pensez quoi ?

Histoire de voire quel genre de fringues j’ai surtout acheté, les couleurs, les formes, les marques, ce que j’adore, d’éventuelles erreurs d’achat, etc. Je vous dirait tout, tout, tout. Précision : pas d’ordre chronologique là-dedans, mais une petite histoire de chaque vêtement.

1.Des hauts

Il y a 7 nouveaux hauts dans ma penderie. La majorité sont des chemises, tiens, tiens… un nouveau toc ? On va tout de suite commencer par les mauvais élèves. Parce que oui, je vous le dis, tous mes achats ne sont pas t’encore tout à fait 100% responsables.

bilan-achats-annee-2015-mode-vetements-responsable-ethique-myhappywardrobe-

1.Chemise motif oiseau : trouvée à Tarifa (sud Espagne) dans une petite boutique multimarques. Il est écrit « viscose, fabriqué en Chine ». Ouhlala ! Pas terrible. Bon, j’ai craqué. ➡︎ Le résultat, c’est que je l’aime beaucoup, elle me va bien, même si la coupe laisse à désirer par endroits…

2. et 3. Chemise rouge et chemise beige : trouvées dans un magasin de destockage Aigle pour quelques sous, c’est celles dont je suis le moins fière. Elles datent des soldes l’hiver dernier, période où je n’avais pas UN rond et pourtant le besoin de m’habiller… du coup, « coton (qui déteint) fabriqué en Inde ». Ahlala, Aigle, c’est plus ce que c’était. ➡︎ Le pire, c’est que je les ai achetées pour essayer de nouvelles couleurs, et que finalement, je n’arrive même pas à les porter. FAILED

 

bilan-achats-annee-2015-mode-vetements-responsable-ethique-ambrym-vintage-myhappywardrobe-2

4. et 5. Top et veste/pull champignon : dégotés il y a quelques semaines chez Ambrym, lors de son premier destockage, je les ai eu pour une poignée d’euros, alors que ça vaudrait presque un lingot ! « Fabriqué in France, coton élasthanne », la collection champignon était dans ma wishlist soldes d’été 2014, maintenant j’en ai deux extraits dans ma penderie ! ➡︎ Pas encore beaucoup de recul, mais j’adore ces deux pièces, surtout portées ensemble. Et les autres aussi, adorent visiblement que je porte cet ensemble incongru mais tellement chic.

6. Chemise rouge à pois : trouvée au corner vintage du BHV, c’était à la fois un coup de foudre, et un pari. Un pari, parce que je pensais pas que ce genre de forme/couleur m’irait avant de passer en cabine. Parmi le choix gigantesque de chemises en polyester (années 70 quand tu nous tiens), j’ai quand même pris soin de choisir de la viscose. Pas d’autres infos sur le vêtement. ➡︎ Pari réussi ! J’adore cette chemise, à tel point que je m’empêche parfois de la mettre pour ne pas la porter tous les jours, même si en hiver, la question se pose moins (sans manches, ça caille).

7. Chemise bariolée : chinée dans une boutique vintage du marais (Kilo Shop, je crois), j’ai quand même réussi à trouver ce qui était pratiquement le plus cher du magasin. En fait c’est une chemise qui a été retaillée et recousue, en France « Culture Vintage Eureka ». Pas de compo, mais je penche pour un mélange coton/viscose. ➡︎ C’était osé de ma part de partir avec, sans même pouvoir l’essayer. Mais cette chemise est géniale, j’ai même eu pas mal de retours enjalousés quand je l’ai portée sur ce look !

➡︎➡︎➡︎ Les hauts, bon, bilan mitigé, puisqu’un peu moins de la moitié des achats sont non responsables. Ariane, tu as des efforts à faire. Je suis quand même contente de moi : aucun noir, aucune couleur foncée, je sais pas vous, j’en ai marre de porter du noir, satané de nom de diou !

2. Des bas

Trois nouveaux bas dans mon dressing, ça va, c’est pas l’overdose.

bilan-achats-annee-2015-mode-vetements-responsable-ethique-vintage-skunkfunk-myhappywardrobe-2

1.Legging velours : trouvé dans un magasin vintage de Saint-Gilles-Croix-de-Vie, il m’a sauté aux yeux. Je cherchais du velours depuis un bon moment, et éviter le noir était top moumoute (vert bouteille foncé). Il est écrit « Sostanza (marque !), polyester et spandex, made in Taiwan ». Confortable, il tient quand même vachement chaud parfois, polyester oblige. ➡︎ Je l’aime beaucoup, il se porte hyper bien en hiver avec la plupart de mes vêtements.

2.Jupe longue : trouvée chez Skunkfunk Lisbonne, j’ai eu un coup de cœur pendant les soldes, marque responsable espagnole. J’adore cette jupe en viscose, même faite en Chine… ➡︎ J’ai un faible pour les jupes longues, mais c’est dur à porter ! Pas dans le sens de trouver ce qui va avec, mais dans le sens de se mouvoir avec… XD À réessayer l’été prochain avec plus de pugnacité.

3. Pantalon large : trouvé dans la même boutique que la chemise à oiseaux, j’ai eu un coup de foudre, et ai loooongtemps hésité entre la version noire et la version moutarde. Mais bon, ‘le noir, c’est plus facile à assortir, et gnagnagna’. « Coton élasthanne », pas d’autre info. ➡︎ J’adore de plus en plus ce format, mais comme la jupe longue, au quotidien, c’est pas toujours évident de s’y mouvoir. Si la qualité à l’air moindre, je garde la forme comme un patron pour m’en faire un autre plus tard…

➡︎➡︎➡︎ Bon, je viens de vérifier sur un look du blog, j’ai acheté le legging fin 2014, et pas en 2015, mais tant pis. Sinon, surtout des couleurs foncées, mais des formes ou matières originales, et 2/3 responsable.

3. Une robe

Et pourtant j’adore les robes, mais il n’y en a eu qu’une seule cette année.

bilan-achats-annee-2015-mode-vetements-responsable-ethique-myhappywardrobe-petitbateau-14

  1. Robe marine : trouvée dans un magasin de déstockage Petit Bateau pendant les soldes, je me souvenais parfaitement de la collection capsule avec Carven, lorgnée pendant un bon moment à l’époque, mais elle était vraiment trop chère. Là, pour de petites dizaines d’euros, elle était à moi. À peine sortie de la cabine, à peine achetée. Coton matelassé, sans origine de fabrication. ➡︎ Je suis faaan de cette robe, qu’il faut vraiment oser porter, c’est vrai. Mais je suis trop bien dedans, comme dans un gant (wtf ?). Par contre, son manque d’étiquetage m’a fait bondir lorsque j’ai osé vérifier, puisque je ne sais pas vous dire où à été fabriqué ce produit (malgré tout ce qu’on dit sur la qualité Petit Bateau, le manque d’info laisse perplexe), et la marque n’a pas esquissé de réponse lorsque je l’ai alpaguée sur le sujet lors de la Fashion Revolution sur Fb.

 

➡︎➡︎➡︎ Bilan responsable bof, bilan enthousiasme et qualité au top (c’est quand même du travail bien fait, elle est compliquée cette robe).

4. Une veste

Une seule veste aussi cette année ! Bon j’ai plutôt ce qu’il faut en même temps.

bilan-achats-annee-2015-mode-vetements-responsable-ethique-myhappywardrobe-skunkfunk-10

  1. Veste chinée : trouvée chez la même marque que la jupe longue (Skunkfunk), j’ai adoré cette veste originale, bien coupée, mais pourtant facile à porter. De jolis détails, elle est hyper agréable, et c’est juste GÉNIAL d’avoir une capuche sur une veste mi-saison (giboulées de mars, si vous m’entendez). « Polyester, viscose et coton (bio ?), fabriqué en Chine ». ➡︎ No problemo, suis hyper contente de cette veste.

 

➡︎➡︎➡︎ Bilan pas mal, même si j’aimerais bien avoir plus de d’explications sur la compo et le quid de la fabrication chinoise par la marque.

5. Un accessoire

C’est vrai que j’achète pas beaucoup d’accessoires, je suis hyper difficile, et suis ni une fille à pochettes, ni une fille à sac, ou sinon, je fabrique moi-même…

bilan-achats-annee-2015-mode-vetements-responsable-ethique-artisansdumonde-myhappywardrobe

  1. Foulard orange : dégotée chez Artisans du Monde à Nantes, c’était aussi un nouveau pari, d’oser porter du orange vif. Et avec des pompons en plus ! En coton, fabriqué en Inde de façon éthique. ➡︎ Craquage réussi, il me semble que c’est une pièce unique, et il est super beau, et même le teint blafard, j’ai bonne mine. YES !

 

➡︎➡︎➡︎ Achat génial, vive la couleur et l’artisanat éthique !

6. Des chaussures

En grande fan de chaussures, j’ai été modeste cette année, mais pas moins transgressive !

bilan-achats-annee-2015-mode-vetements-responsable-ethique-myhappywardrobe-veja-8bilan-achats-annee-2015-mode-vetements-responsable-ethique-myhappywardrobe-goodguysdontwearleather-9

  1. Baskets jaunes : dénichées à une vente de protos Veja, ce sont de vrais prototypes, pas édités, seulement deux échantillons étaient en vente (non j’ai pas pris les deux, l’autre paire n’avait pas de semelle intérieure ^^), juste pile-poil à ma taille, dans une couleur géniale… Que demander de plus ? ELLES SONT PAS TROP BELLES ? ➡︎ RAS, vous connaissez les Veja, elles sont irréprochables, confortables, canons, etc.
  2. Plateformes noires : trouvées sur l’eshop Good Guys, j’ai loooongtemps hésité entre plusieurs modèles, pendant les soldes d’été. Et finalement, en les voyant en vrai, ce sont celles-là qui m’ont fait chavirer. En microfibre imitation cuir, ce sont des chaussures végan (Good Guys Don’t Wear Leather, tel est le nom de la marque), vachement belles, quoi. Fabrication au Portugal. ➡︎ J’aurais pu prendre un modèle plus classique, plus quotidien, mais non. C’est fait. Petit doute quand même quand à la durabilité de la fine semelle blanche, portées une paire de fois, elle est déjà bien amochée…

➡︎➡︎➡︎ Achats au top, je suis giga-fan de ces deux-là. Rien à reprocher quant au côté responsable non plus.

 

7. Alors, bilan ?

– Si on enlève le legging que j’ai finalement acheté en 2014, ça fait un total de 14 achats sur l’année, donc à peine plus d’un par mois. Pas de quoi faire exploser ma penderie, à moi la consommation frugale !

– Beaucoup de couleurs et aucun basique, c’est un peu le foutoir cet année, à ce demander comment je pourrais porter ces 14 vêtements ensemble. Ouais, mais presque aucun regret, je suis sur la bonne piste pour trouver ce qui me va, et presque au summum du ‘zéro erreur d’achat’.

– Que de chemises Ariane ! Bon, tu sais ce qu’il te reste à faire pour 2016 : en trouver d’autres 😉

– Sur 14, il y a cinq achats non responsables. Un chouillas plus d’un tiers, quoi. C’est trop, mais 2015 était pour moi une année difficile niveau sous, ceci explique cela.

– Vous qui me demandez souvent :’ Tu arrives à t’habiller responsable ? Mais où ? Et puis c’est cher, tu fais comment ?’ Vous avez la réponse dans ce post, je n’achète neuf presque que pendant les soldes, ou quand je suis invitée à une vente privée (bon, il faut être dans les petits papiers, c’est vrai). Sinon, c’est du vintage ! Je dois avouer, la vente privée Ambrym, ça a été génial pour trouver de superbes pièces, parfois 5 fois moins cher que le prix de vente d’origine !

– Si cette année a été frugale, c’est donc surtout par manque de sousous. Mais c’est pas plus mal, après tout, sinon j’achèterais plus, c’est sûr, mais j’achèterais peut-être aussi mieux ?

 

Maintenant, à votre tour. Je vous mets au défi de jeter un coup d’œil à vos achats mode 2015, estimez ceux qui sont raisonnés, ceux qui sont éventuellement responsables, les couleurs et les formes qui dominent, vos tendances personnelles, vous allez être surpris comme pas possible ! Par exemple, j’ai déterré de mon inconscient cette passion pour les chemises, et puis je me suis affranchie du look total noir depuis longtemps, c’est cool. À tous les coups, vous compterez plus d’achats que moi !

J’attends vos retours, les cocos !

Des bisous ♥︎

COP21 -Changer la mode pour le climat-

Penser à sourire, se tenir bien droite, aller vers les autres, ne pas oublier ses cartes de visite, son appareil photo chargé, et puis la bouteille d’eau aussi, prendre des notes, saluer mes contacts, repenser à ce qu’on a préparé pour l’intervention, montrer qu’on est plus qu’une blogueuse et qu’on a du bagage, ne pas se toucher les yeux ce qui ferait couler l’eye-liner, essayer de dire quelque chose de drôle qui fasse sourire le public… etc.

cop21-changerlamodepourleclimat-palais-diena-mode-responsable-ethique-myhappywardrobe-3

Ça, c’était lundi. Lundi 7 décembre 2015. Le jour de ma première intervention en public, en tant que blogueuse mode spécialiste de mode responsable. Ce lundi, nous nous sommes tous réunis pour parler du changement climatique, et surtout de l’impact de la mode sur l’environnement, le climat, la biodiversité… Je vous dis pas comment j’ai eu les pétoches. J’étais pas fière au moment M, quand Hélène s’est adressée à moi devant tous ces gens pour me poser sa première question (et pour les autres aussi d’ailleurs).

-« En tant que blogueuse mode responsable, qu’as-tu remarqué par rapport à tes lecteurs, leur sensibilité sur les enjeux de la mode aujourd’hui ? » (à peu près, hein)

-(et là j’ai entendu ma voix dans le micro, que je n’ai pas du tout reconnue, genre une voix d’adulte qui aurait pris de l’hélium, ou à qui on aurait greffé les cordes vocales d’un bébé) « Alors, beuh, ah, euh, mais, ahem, » (même préparée c’était inévitable) et puis j’ai à peu près dit « En fait, il y a eu un grand essor du made in France, qui a pris la place sur d’autres préoccupations de la mode responsable, d’autant plus qu’on sait que le made in France a aussi ses zones d’ombres ; enfin, on avait dit qu’on serait positifs, mais c’est vrai que de ce que je vois de mes lecteurs, leurs préoccupations sont plus ‘égoistes’, même si ça n’est pas négatif, c’est-à-dire qu’ils sont plus sensibles au made in France, au côté chauvin de la chose, ou alors à leur santé, par rapport aux produits chimiques, mais pour ce qui est de l’éthique, de se représenter qui travaille dans l’usine à l’autre bout du monde, d’imaginer combien d’eau consomme la culture du coton, c’est pas encore ça. » Et tant qu’à faire, vu qu’ici j’ai l’esprit reposé et personne qui me scrute quand je parle j’écris, voici ce que j’aurais dû rajouter si je ne l’avais pas un peu oublié avec le stress : « Pourtant, alors qu’on était que deux avec Samia de Wa-Off à parler régulièrement de mode responsable quand j’ai lancé le blog, aujourd’hui on frôle la dizaine de blogueuses, donc l’intérêt est croissant et les lecteurs ont de quoi trouver des réponses à leurs questions, quand il s’agit de questionner leurs vêtements. »

cop21-changerlamodepourleclimat-palais-diena-mode-responsable-ethique-myhappywardrobe-2
Hélène Sarfati-Leduc (animatrice) – IFTH – Gémo – (…MHV !) – Picture Organic

 

(En fait, la deuxième question était à peu près la même, donc je vous ai tout condensé au-dessus en une seule.)

-« Et si tu avais des bonnes pratiques à transmettre, lesquelles seraient-elles ? »

-(bon là je ne crois pas avoir ‘ahemé’ cette fois) « Alors, pour y répondre, je vais remonter un peu dans le temps. Dans les années 30, la classe bourgeoise était celle qui avait le plus de vêtements, tandis que la classe populaire portait toujours les mêmes vêtements, rapiécés, qu’on se transmettait même de générations en générations. Avec l’envol du prêt-à-porter, des synthétiques, et de la fast fashion, aujourd’hui, la tendance s’est inversée. La classe bourgeoise, ça ne se dit plus aujourd’hui, mais vous voyez ce que je veux dire (et là je crois que j’ai eu mon petit tremblement d’épaule accompagnés de bruits de souris = les rires dans le public), eh bien, a tendance à consommer moins, et à préférer la qualité à la quantité, tandis que les populations moins aisées consomment en masse la fast fashion. En fait, c’est proche du mouvement que vous connaissez sans doute du ‘zéro déchet’, aujourd’hui on voit se développer une forme de minimalisme, l’idée c’est de faire du tri dans sa penderie pour ne garder que des essentiels, des choses qui nous vont bien, et de se débarrasser du reste, pour désencombrer ses placards. Si le recyclage est le maître-mot de cette conférence depuis ce matin, je crois aussi que l’on se dirige vers une baisse de consommation de la mode, c’est inévitable, ça c’est la mode de demain et du futur. (et un deux petits chiffres dont je voulais parler : vous le savez tous, entre 1/3 et 1/4 de notre penderie est inutilisée, auquel il faut ajouter chaque année 15% de la production textile neuve qui termine en déchet de coupe, et les rouleaux non utilisés qui sont brûlés ! Il y a donc beaucoup à faire encore.)

Et puis une question du public à laquelle tout le monde a fait la moue pour répondre :

-Il n’y aurait pas un paradoxe entre aller vers la baisse de consommation de mode et continuer de pousser à la consommation dans le même système que celui dans lequel nous sommes, même différemment ?

-« Je pense que c’est une différence de point de vue principalement. Du point de vue d’un distributeur, d’une marque, il faudra toujours continuer de produire, mais du point de vue d’un consommateur, moins consommer c’est possible. De toute façon, on aura toujours besoin d’acheter de nouveaux vêtements, pour remplacer un qui serait troué, abîmé, bref… mais le système mode doit évoluer dans le sens d’une production plus responsable pour que tout le monde s’y retrouve et que de toute façon la baisse de consommation est ce vers quoi on tend. Je pense pas que ça soit antithétique, mais plutôt une différence de point de vue. » (bon en fait, je vous la refait en bref, à côté de moi, une représentante de chez Gémo, qui nous présentait son action ‘éco-efficace’ d’avoir réduit la consommation énergétique de leur magasin, c’est bien mais sans vouloir être mauvaise langue, le but premier était surtout de réduire la facture, plutôt que de penser à la planète, et c’est assez insuffisant par rapport aux moyens de cette entreprise… mais ça je me le permets ici, mais je n’aurais pas osé sur le moment :p ).

Bon, en vrai, il y a eu pas mal de ‘euh’ (mince ce mot a disparu de mon cerveau), de phrases non terminées, de moulins avec les mains (qui a dit que je parlais avec les mains ?!), et puis cette petite voix qui ne ressemble pas du tout à ma voix normale, celle qui a pris ma place pour parler dans le micro. Bref, c’était quand même une super expérience, j’ai rencontré plein de gens chouettes, j’ai osé saluer Corinne Lepage, dit des choses qui ont intéressé, sur lesquelles j’ai eu des retours, et puis oh zut, c’était ma première fois, vous me laisserez bien le bénéfice de la débutante ! 🙂 Mieux vaut en rigoler, même si je passerai sur les vidéos de mes moulins à main et ma petite voix que l’amoureux a filmées. Assez parlé de moi !

changerlamodepourleclimat-cop21-luc-valigny-myhappywardrobe-2
Crédit photo : Luc Valigny
changerlamodepourleclimat-cop21-luc-valigny-myhappywardrobe
Crédit photo : Luc Valigny

Ce que j’ai retenu de ce lundi 7 décembre

Comme dit plus tôt, le mot-clef de cette journée, c’était le recyclage. Le recyclage, dans le textile, existe sous plein de formes :

-Au début de la chaîne, dans les usines de découpe = recyclage des chutes, des rouleaux et fins de rouleaux non utilisés.

-Le recyclage standard, après qu’on ai déposé le vêtement dans la benne de tri = une part des vêtements sont revendus dans nos boutiques de seconde-main, ou sur des marchés en Afrique, une autre part est déchiquetée et transformée en laine isolante pour la construction, et la dernière part est encore incinérée ou enfouie.

-Le recyclage des fibres = on le fait déjà depuis longtemps avec les pulls et les bonnets de laine, on les détricote, on les trie par couleur et épaisseur de fil, et hop, c’est parti pour la machine à tricoter en nouveaux pulls. Sinon, maintenant, des entreprises françaises développent des procédés de recyclage des fibres issues du tissage (tissage = chaîne et trame, ex : jeans, draps, coton tissés ≠ jersey = tricot, ex : pulls, chaussettes, t-shirts), plus difficile à mettre au point, mais super intéressant ! Les fibres recyclées sont de supers garanties si vous voyez ça sur une étiquette de compo, souvent, le vêtement sera un peu plus rêche, mais aussi plus solide, souffrant beaucoup moins de boulochage pour les pulls, et comme il n’est ni re-blanchit, ni re-teinté, c’est une fibre beaucoup plus écologique que n’importe quelle fibre nouvellement produite.

-Le recyclage créatif = ce sont des créateurs qui réutilisent de vieux vêtements pour en refaire de nouveaux !

Mais en plus de ça, une autre notion, sur laquelle on a pas assez insisté, c’est plutôt que d’essayer de recycler l’existant, imaginer des vêtements originellement biodégradables. C’est ce sur quoi la marque Freitag a travaillé, vous connaissez tous la marque de sacs en toiles recyclées, et bien, ils ont lancé une gamme de vêtements biodégradables. Du coup, pour compléter ce qui a été dit lundi, je suis allée faire un tour sur le site, qui explique de façon hyper transparente la façon dont a été pensée cette ligne de vêtements, et que je trouve assez géniale.

cop21-changerlamodepourleclimat-freitag-vetement-biodegradable-palais-diena-mode-responsable-ethique-myhappywardrobe

Qui dit fibres biodégradables, dit fibres naturelles. Pour un jean standard, on utilise souvent un mélange de coton élasthanne, mais pas Freitag. Plutôt que d’utiliser des matières qui viennent de loin, on trouve dans leurs jeans, du lin et du chanvre, des textiles qui poussent super bien en France, et qui sont transformés en Italie. Mais pour que ça soit 100% biodégradable, il faut aussi penser à tous ces petits éléments qui font un jean. Les rivets, les boutons, la braguette… Chez Freitag, du coup, pas de braguette zippée, tout les éléments en métal sont amovibles (pour le jour où vous le mettrez dans votre compost, au milieu des peaux de bananes et du marc de café équitable), donc une belle braguette à boutonnière, même sur le modèle femme. Eh ben, leur collection est franchement canon !

Parce que, comme ça a été très bien dit ce jour-là : « Dans le monde du vivant, il n’y a pas de déchets, il n’y a que des ressources. Seul l’homme produit des déchets. »

Autre point important, vous, là, de l’autre côté de l’écran, vous saviez que la moitié de l’impact environnemental de votre t-shirt concerne l’entretien que vous en faites ? Plus de la moitié ! On a beau dire que la production de coton est un désastre, que les étapes de blanchiment, teintures, apprêts sont crados, compter les kilomètres parcourus par ce même t-shirt, et puis tout ce qu’on vient de dire sur sa fin de vie, s’il est incinéré par exemple, et bien tout ça, ça n’occupe que la moitié du cycle de vie d’un t-shirt ! Puisque l’autre moitié, se fait dans votre machine à laver, dans votre lavage à sec au pressing, dans votre détergent, dans votre repassage, dans votre assouplissant, dans votre sèche-linge, dans votre fréquence de lavage !

Peut-être savez-vous que les puristes du jean ne les lavent pas. Ou que les propriétés anti-bactériennes du tencel/lyocell vous permettraient de porter un sous-vêtement plus d’une fois avant d’être déclaré comme sale. Ou que vous pouvez laver une tâche sans laver un vêtement entier. Que certaines fibres permettent de ne pas être repassées, ou très peu, comme encore le tencel ou le modal (ou les viscoses en général, mais elles ne sont pas écologiques celles-là les cocos). Que vous pouvez trouver un détergent biodégradable et vous passer d’assouplissant avec un peu de vinaigre aromatisé aux huiles essentielles. Éviter le séchage machine. Et puis, quand nécessaire, trouver un pressing écologique. Si, si, tout ça, vous le savez, j’en suis sûre ! 😉

On a parlé aussi des matières textiles. Une question est revenue plusieurs fois, quelle seraient la matière écologique a privilégier ? Plusieurs réponses intéressantes : ça dépend de l’usage que l’on destine au produit, de sa potentielle durée de vie, solidité requise ou non. Il est ressorti qu’il était presque impossible de classer les fibres en fonction de leurs propriétés écologiques. Ouais, il n’y a pas de fibre idéale, mais si on doit en choisir une, je dirais que la fibre idéale est une fibre locale. Et comme le coton ne pousse pas en France…

Parenthèse sarcastique, j’ai bien rigolé quand un intervenant à parlé de nos vêtements envoyés dans les pays d’Afrique, l’idée était de dire que nos déchets à nous sont de nouveaux vêtements pour eux, mais qu’un jour ils seront aussi des déchets pour eux, mais heureusement, le textile a un haut pouvoir calorifique lors de l’incinération. Non seulement on leur refile nos déchets, mais bientôt, on pourra leur vendre des incinérateurs. Et puis aussi quand on a parlé de placer des puces RFID (celle qu’on trouve sur les CDs, des circuits en métal de forme carrée, comme des petits labyrinthes) sur les vêtements pour pouvoir améliorer leur tri. Ah bon ? Mais si l’étiquette me gratte et que je la coupe ? Ça tient au lavage ? Et ces puces sont en cuivre, et nous sommes bientôt en pénurie ?! Et vous allez recycler des puces ? Comment ? En coupant toutes les étiquettes à la main une fois les vêtements triés ? En les décollant patiemment ? Ne me faites pas rire. Heureusement, ils n’étaient pas nombreux sur ce registre !

cop21-changerlamodepourleclimat-palais-diena-mode-responsable-ethique-myhappywardrobe

La grande majorité des intervenants étaient très intéressants, et je finirais par parler de l’introduction de cette journée (logique la fille), où l’on a vu Jean Jouzel, climatologue et prix Nobel de la paix en 2007, un homme pas tout jeune, qui en sait un paquet, qui sait ce qu’on a fait à la planète (90% du réchauffement est dû à l’activité humaine les cocos !), et bien lui, il est optimiste, et il est convaincu qu’on peut encore changer les choses ! Et que la mode aussi peut changer pour le climat ! Merci à lui !

Et un grand merci aux organisatrices de m’avoir permis de participer activement à cet événement et à bientôt pour de nouvelles aventures ! On va bientôt parler sur le blog d’un autre sujet mode, vous allez adorer. 😉

Des bisous ♥︎

Idée éco-look : tenue de travail

Coucou les amis,

J’aimerais continuer de poster des vrais looks en photo, mais en ce moment, c’est compliqué. Déjà, j’ai décidé que j’allais faire un grand tri pour me constituer une garde-robe plus efficace/censée/logique, du coup, je sais plus trop quoi me mettre sur le dos en ce moment, mais je vous en reparlerais en temps voulu. Et puis avec mon job en ce moment, pas trop le temps, et surtout, enfin, le plus important, 500 kilomètres me séparent de ma photographe. Hum, ça peut-être utile de le remarquer ça quand même. Mais le web ne manque pas de ressources, du coup je vous propose quand même des looks, en m’autohabillant virtuellement, comme les petites poupées de papiers sur lesquelles on accrochait des vêtements de papier avec des languettes quand on était petites.

Et même cette fois, je me suis bien amusée, puisque j’ai osé le site de relooking virtuel pour essayer des coupes de cheveux marrantes, et avec une petite capture d’écran placée au bon moment, j’ai une collection complète d’autoportraits avec de drôles de coupes, dont certaines potentiellement cool pour la prochaine session coiffeur, en fait… Z’avez déjà essayé ça ? Franchement poilant.

look-de-rentree-boulot-job-quotidien-mode-responsable-anaki-graindebrune-bleudechauffe-clivianobili-phalaenopsis-clivianobili-myhappywardrobe

Du coup, aujourd’hui, petit look quotidien, parfait pour aller bosser, avec de bons basiques et des couleurs intemporelles et toujours classes. Je ne sais pas si ce turquoise m’irait en vrai, en tout cas là, on dirait un magnifique ciel bleu d’été. J’avais envie de twister un peu le look avec des chaussures moins sages, plus rock, vous en pensez quoi ? Je suis fan de ce pantalon, il a l’intérieur des poches BLEUES, et à l’arrière, un intérieur de poche bleu,  l’autre rouge. Trop sympa comme détail.

Finalement, ça fait déjà deux fois que je sélectionne ce modèle de top chez Les Midinettes dans ces éco-looks (voir le look de mariage 1), peut-être que c’est un signe de ma conscience fashion, peut-être serait-ce un bon basique pour ma future nouvelle garde-robe intelligente ?!

Le sac en cuir Bleu de Chauffe a l’air vraiment cool, j’ai l’impression de revoir mon ancien sac fétiche Il Bisonte dont je cherche tant le remplaçant depuis plus de deux ans ! Et la chouette étole Grain de Brune qui vient comme une cerise sur le gâteau.

look-de-rentree-plat-boulot-job-quotidien-mode-responsable-anaki-graindebrune-bleudechauffe-clivianobili-phalaenopsis-clivianobili-myhappywardrobe

1. Veste ‘Sharon’ turquoise, Phalaenopsis – 225€ – Fabriqué à Paris

2. Pantalon ‘Paw’, Clivia Nobili – 240€ – Fabrication artisanale en France

3. Top ‘Halo’, Les Midinettes – 79€ – Fabriqué en France

4. Sac ‘June’, Bleu de Chauffe – 389€ – Fabriqué en France à partir de cuirs tannés végétalement

5. Derbies ‘Richard’, Anaki sur MyShoesDesign – 159€ – Fabrication éthique au Portugal

6. Etole ‘Estampe’, Grain de Brune – 120€ – Impression originale sur coton biologique

 

Et vous, c’est quoi votre tenue de travail favorite ?

Des bisous ♥︎

►News Sust Fash {rentrée 2015}

Hello les cocos !

Voici voilà une nouvelle rubrique que j’essaierai d’alimenter régulièrement, l’idée est que vous restiez pas à la masse de ce qui se passe dans la mode responsable, hein (humour bien sûr) !

► Front de mode est ‘the new place to be shop’

front-de-mode-facebook-myhappywardrobe
Front de Mode, image Facebook

 

Vous avez peut-être entendu parler de l’ouverture en grande pompe de la boutique Front de Mode, à Paris, au 42 rue Volta ? Okay, c’est une news de l’été (ouvert fin juin), pas de la rentrée, mais c’est quand même suffisamment génial pour vous en parler. Front de Mode c’est le nouveau temple concept-store de mode responsable, où shopper ses créateurs préférés, et en découvrir de nouveaux bien chouettes, puisqu’il y a pas moins de 50 marques référencées.

Tout ça chapeauté par Sakina M’sa (et soutenu par la fondation Kering), que j’avais découvert au tooouuut début de mes pérégrinations ‘sust fash’, dont j’ai suivi discrètement la carrière pendant plusieurs années, et qui a quitté le petit bain pour plonger dans le grand bassin de la mode responsable, depuis les ateliers de confection solidaire de Barbès, à l’expo de sa collection au BHV, et maintenant à Front de Mode ; depuis le bleu de travail au bleu ‘front de mode’.

En fait, Front de Mode, c’est un peu plus qu’une boutique, le lieu accueille divers événements, et on y trouve même une imprimante 3D pour dessiner ses propres boutons de chemise (par exemple), et surtout, il y a la bonne humeur de Sakina ! Rdv au 42 rue Volta.

► Livia Firth dessine une collection capsule pour Mark & Spencer

marks-and-spencer-livia-firth-myhappywardrobe
Collection capsule Livia Firth pour M&S (la brune sur les photos)

 

Vous connaissez Colin Firth ? Et bien maintenant vous connaissez sa femme, Livia, qui agit depuis longtemps en faveur de la mode responsable, de l’autre côté de la manche. Elle conseille des marques haute-couture et luxe afin de les faire tendre vers plus de développement durable dans leur processus créatif, sous le nom d’Eco-Age.

Eh bien celle-ci a dessiné une collection de 25 pièces pour Mark & Spencer, en vente depuis ce 8 octobre, destinées à la femme active en quête d’un achat plus durable. Des tenues plutôt à porter en journée, au bureau, pensées avec des matières écologiques et responsables. Que je vous laisse découvrir.

► Emma Watson est l’ambassadrice heureuse de la mode responsable

emma-watson-mode-responsable-green-carpet-challenge-myhappywardrobe
Emma Watson sur Instagram en look responsable (j’adoooore)

 

Cette même Livia Firth, avec Eco-Age, a mis en place ‘The green carpet challenge’, en y faisant adhérer une cinquantaine de marques de haute-couture et luxe, qui ont opté pour une démarche de conception plus écologique, ou proposent des collections au sourcing éthique. On savait le penchant d’Emma Watson pour la mode éthique, elle est maintenant fermement engagée à défendre la mode responsable sur les tapis rouges, puisqu’elle a décidé de rejoindre le challenge ‘GCC’ de Livia Firth ! Merci Emma de participer à rendre la mode responsable plus chic et glamour !

http://eco-age.com/

► Nouvel eshop éthique : Shopethik.com

shopethik-mode-responsable-eshop-myhappywardrobe

Et hop, je suis tombée dessus tout récemment, alors je vous en parle puisqu’en tant que consommatrices(/teurs) alternatifs, vous seriez intéressées de découvrir une nouvelle boutique en ligne et pourquoi pas de nouvelles marques, pour shopper éco-responsable ! On y trouve SMK, Wylde… Hâte d’y voir encore plus de choix et de marques disponibles !

–> shopethik.com

 

Sinon j’espère que vous allez bien, depuis le dernier post, j’ai trouvé un petit boulot alimentaire (dans un magasin de tissus, trop fort, nan ?! j’ai même repéré du coton recyclé), je m’en réjouis puisque ça me permettra de meubler mon atelier ! D’ailleurs, je vous le présenterais en temps voulu, mais c’est rigolo, je me suis allongée dans l’atelier pour la première fois il y a quelques jours, c’est sous les toits, avec des poutres et du lambris dans tous les sens, et je me suis rendue compte du nombre incommensurable de diagonales qui se croisent au-dessus de ma tête, pointant toutes vers le ciel, comme dans une dans une cathédrale, ou plutôt un sanctuaire, mon sanctuaire créatif à moi…

Bref.. ! 🙂

Belle journée, des bisous <3

Une page qui se tourne…

myhappywardrobe-creation-entrepreneuse-creative-blog-02

Hello les cocos !

Les choses ont changé par ici. Depuis le dernier article, des océans ont coulé sous les ponts de MHV, et sous les miens aussi du coup. J’avais besoin d’un bon moment pour me poser, reprendre mes esprits, réfléchir, savoir ce que je voulais faire par la suite, essayer d’anticiper, de programmer un minimum mon avenir jusque-là incertain ?! J’ai fait un grand plongeon, dans un océan inconnu, qui implique multitude de changements. Et au jour d’aujourd’hui, je dois vous avouer que je me demande encore quelle route emprunter pour suivre le bon chemin de mon avenir ?!

Je vous en avais parlé un peu plus tôt, ça y est, j’ai déménagé, j’ai quitté ma banlieue natale, et je me suis installée pour de vrai avec l’amoureux, chose que je n’imaginais pas il y a six ans. Tête de mule et déterminée, je suis une indépendante, je me voyais à 25 ans bien différemment de ce que je suis devenue aujourd’hui. Mais la vie est pleine de surprises, n’est-ce pas ? (non, ceci n’est pas une phrase cliché)

Ce qu’il y a de chouette, c’est que l’appart est top, et sera à notre image, puisqu’on a passé une bonne partie du mois d’août, septembre à le mettre à notre goût, et encore, il manque encore le rafraîchissement de mon atelier (c’est aussi pour ça que je me suis tenue loin de MHV, j’avais les mains dans la peinture, et puis le temps qu’on nous installe la box..!). Et oui ! Je vais enfin avoir mon propre atelier, avec un bureau de la taille d’un paddle (à peu près), des fenêtres gigantesques pour la lumière (plus ou moins), et surtout de l’espace pour étaler tout ‘mon bazar’ (comme l’appelle ma famille) sans que ça dérange quiconque. Si vous êtes gentils même que je pourrais vous le montrer un jour… 😉 DONC ! Encore plus de DIY, de création, de photos soignées, et peut-être un projet avec des accessoires recyclés ?! Mais je vous en reparlerai plus tard.

À côté de ça, vous connaissez mon engagement pour la mode responsable, qui est ce pourquoi je tiens ce blog et ce pourquoi je me sens incapable d’être cadre en CDI pour la première boîte de mode qui voudra de moi. Du coup, mon emploi du temps aujourd’hui, c’est plutôt : lundi=galère, mardi=débrouille, mercredi=boulot, jeudi=rien, vendredi=week-end de trois jours. Je ne cherche pas à me (faire) plaindre, c’est plutôt que les actions et les projets auxquels je participe vont assez lentement, et je ne sais trop comment me faire entendre du haut de mon mètre soixante-dix (douze). Je suppose que la réponse est : bouge-toi le cul Ariane. Mais par où commencer ? À quelle porte frapper pour tel projet ? Comment me faire mieux connaître ? Que puis-je améliorer afin de booster MHV pour qu’il devienne une référence dans le monde de la mode responsable ?

Je crois que j’ai besoin d’aide pour y voir plus clair. Et déjà vos retours sur le blog sont hyper importants, mais n’hésitez pas à me faire des propositions, des remarques, des critiques constructives : alors déliez vos doigts sur le clavier dans les commentaires de cet article, dites-moi ce que vous aimez et ce que vous n’aimez pas sur MHV, car les encouragements font chaud au cœur, mais les critiques permettent d’avancer ! 🙂

(Dans le fond, pour tout vous dire, j’ai bien envie de modifier la ligne directrice du blog, et aussi le design, mais pour ça j’attends vos retours !)

En tout cas j’ai hâte de pouvoir recommencer à vous proposer des articles, j’ai plein d’idées en tête, plein de projets à creuser ! En attendant, je vous souhaite une bonne rentrée, et un bon mois d’octobre ♥︎